Princess Jellyfish

cover-princess-jellyfishPrincess Jellyfish raconte l’histoire de Tsukimi, une jeune illustratrice fraîchement débarquée à Tokyo. Terrorisée par l’hyperactivité du monde extérieur elle a trouvé refuge dans une pension de jeunes filles où sont hébergées quatre demoiselles encore plus asociales qu’elle. Pour apaiser leurs phobies les cinq protagonistes se sont construites un petit univers régi par des codes très stricts. Le plus draconien d’entres eux étant l’interdiction d’accès à la résidence pour les hommes. Les jours passent et se ressemblent à la pension Amamizukan. Pourtant, comme dans toute comédie romantique qui se respecte, un élément perturbateur va entrer en collision avec l’univers stagnant de Tsukimi. jellyfish-princess-4 Kuragehime, ou Princess Jellyfish, est un anime très frais et décalé. L’archétype de l’otaku masculin utilisé dans les romcom est éculé, mais il est rare de voir une protagoniste tenir ce rôle. Tsukimi et ses quatre « sœurs » de la pension Amamizukan s’en sortent très bien et portent la majeure partie de cette première (et surement dernière) saison sans fléchir. Il faut avouer que le concept s’essouffle un peu sur le dernier tiers de la saison, mais Princess Jellyfish reste néanmoins un anime très drôle à regarder pour quiconque connaît le langage comique de l’animation japonaise. Pour les autres il est à craindre que les codes et références à l’univers de l’animation soient parfois un peu obscurs pour permettre de profiter pleinement de la série. De fait on pourrait croire qu’il s’agit d’un anime avec des otakus pour les otakus, mais ce serait passer à coté du propos général qui s’adresse pourtant à tout le monde — l’amour dépasse toutes les frontières, même celles établies par l’ordre social. jellyfish princess Princess Jellyfish est sorti en DVD et Bluray et devrait être disponible un peu partout.

L’opening :

 

Et en bonus une vidéo live de la chanson du générique (Koko Dake no Hanashi) par Chatmoncy :

Images trouvées sur google images.