Manga – L’Ile Panorama

coverAdapté du roman éponyme de Rampo Edogawa, L’Ile Panorama est un manga particulièrement sombre à ne pas mettre entre toutes les mains. On y suit l’histoire de Hirosuke Hitomi, un trentenaire mégalomane enfermé dans le corps d’un écrivain raté. Alors qu’il se morfond, enrobé de sa solitude dans la chambre de bonne qu’il ne parvient même plus à payer, Hirosuke entrevoit l’opportunité de changer sa triste condition. Un ami d’enfance, le puissant et richissime Komoda, vient de passer l’arme à gauche. Véritable coup de pouce du destin ou cynique coup du sort, cela dépend d’où l’on se situe, Hirosuke a la particularité de ressembler comme deux gouttes d’eau au défunt milliardaire…

L’Ile Panorama est une oeuvre intéressante à lire. Cependant, quelques aspérités empêchent l’histoire d’atteindre des sommets. L’introduction et la conclusion notamment, à la limite du « bâclé ». En quelques pages, résumées ci-dessus, l’intro précipite le lecteur dans une histoire rocambolesque difficile à avaler. La partie principale en revanche est extraordinaire. Et une fois le manga fini on en vient à se demander si l’auteur, Maruo Suehiro, n’a pas utilisé la nouvelle de Rampo Edogawa comme prétexte pour mettre en oeuvre ses délires visuels dont l’extravagance des décors n’a d’égal que l’incongruité des personnages.

Panorama-1

Au final très peu de scènes sont aussi glauques que l’image ci-dessus, mais elles parviennent tout de même à donner une ambiance très pesante à l’intégralité du récit. Toutefois, c’est l’un des points forts du manga, ce contraste constant entre l’extravagante lasciveté de l’île et la noirceur lugubre de la mort, omniprésente.

NB : L’Ile Panorama est un manga édité par Casterman dans la collection Sakka. J’ai lu la version américaine publiée par Last Gasp, du coup je ne peux pas me prononcer sur la version française.

A ne pas mettre entre toutes les mains.